L'école Vietnamienne
 
 

L'ecole un moyen d'integration

L’école Vietnamienne est une base fondamentale de l’évolution de la société et de l’intégration des minorités… Depuis l’indépendance l’école est gratuite... Jules Ferry aurait-il laisse son empreinte ? Mais depuis 1990 date de l’ouverture économique l’école n’est plus gratuite pour les civils... Jugez plutôt...

« J'ai vu l'école avancer dans le nord Vietnam, dans les régions reculées, Lao Cai, Sapa, Yen Bail.... Bacha... Dans les années 2000 l'école a été construite et a suivi la même progression que l'évolution de la route.....

La première fois c'est la découverte d'un village sans voie de communication, juste une petite piste de montagne « la forêt est bien plus bas » et un pont en bambou permet de franchir le ravin ou le torrent tumultueux.... L'année suivante la piste s'est élargie pour laisser place à un chemin qui permet à la moto de passer... le pont aussi...et oh miracle une école est construite avec une seule présence intermittente de l'instituteur.

Deux ans plus tard ....le route est reliée à un pont structuré, pas forcément en béton, mais il permet un passage assuré pour accéder au village; un poste d'instituteur permanent existe désormais, en général il s'agit d'un couple d'instituteurs « volontaires » du sud et désormais.... les enfants arrivent nombreux de la montagne et ont accès à l'éducation...ils apprennent à lire et à écrire...

Mon dieu que le cahier est respecté, entretenu...même lorsque l'on fait 3 heures de marche pour venir à l'école et 3 heures de marche pour rentrer chez soi, en coupant l'herbe pour nourrir son bœuf ! »

 

 
 
Une ecole de montagne Vietnamienne
la joie de ces enfants
 
 

L'evolution de nos jours...

De nos jours,les pistes existent et donnent acces aux écoles…le délai est moins long mais ... encore faut-il convaincre les minorités du besoin d’apprenhender l’éducation car bien que tous soient convaincus des bienfaits de l’écritures et de la mathématique... la rudesse de la vie montagnarde est un obstacle difficilement surmontable ;


De nos jours, 2012,  en montagne cette démarche a évoluée. Les pistes existent et donnent accès aux écoles...le délai est moins long mais ...Encore faut-il convaincre les minorités du besoin d'appréhender l'éducation car bien que tous soient convaincus des bienfaits de l'écritures et de la mathématique... la rudesse de la vie montagnarde est un des obstacles difficilement surmontable ; il  s'agit de faire un choix entre satisfaire le minimum d'autosuffisance de la famille et l'investissement dans l'éducatif... le retour sur investissement est loin d'être concret à l'échelle de l'individu...(En effet le jeune instruit ne reste pas... !)

Oh ne crier pas mes chers amis nous avons connus cela il n'y a pas si longtemps....ne fusse pas là, une des raisons de la naissance de l'école publique ...si chère à Jules Ferry. N'avions-nous pas des facilités en montagne, il n'y a pas si longtemps, pour permettre aux jeunes de participer aux fenaisons...la dispense étant de rigueur durant ses périodes.
 
Jugez plutôt. Il me semble que nous n'avons jamais été aussi loin dans nos sociétés européennes : payer les jeunes pour assister au cours, pour accepter de se cultiver...Le revenu moyen en montagne varie énormément (il est difficile à apprécier car l'autosuffisance, comme dans tous les pays n'est pas chiffrable) ; une base peut cependant être avancée celle de 70 € /mois soit 1 500 000 dong.
Dans ces zone difficiles, le gouvernement a décidé d'investir.
Jusqu'à l'école secondaire : tous les enfants vont à l'école et ils perçoivent 70 000 dong/mois.
A partir de l'école secondaire : l'élève perçoit 70 000 +140 000 dong /mois de remboursement de frais de nourriture ; le logement est assumé par l'école qui prévoit une structure type internat.
 
Cependant des freins subsistent : mais quels sont-ils ?
Vivre libre... ?
Ne pas vouloir apprendre le vietnamien... ?
Ne pas accepter les contraintes de la civilisation ?
« Et pourtant le Vietnam que j'ai connu il y a quelques années évolue à grande vitesse » La reconnaissance de l'Elite est présente.... si l'élève est sélectionné...dans le deuxième cycle l'hébergement et la nourriture sont payes par l'état et l'élève perçois une bourse de 70 000 dong/ mois....

Et dire que de nos jours, dans ma société les mots examen, sélection...ils sont à proscrire... l'analyse de nos résultats de nos échecs nous range a des années lumières de ce qu'a pu vouloir Jules Ferry.
Comment se fait-il que nous ne sachions pas faire notre propre autocritique et conserver un système éducatif....qui marche ailleurs !